Reconquête sur le marché de Puteaux dans les Hauts de Seine.


Lorsque j’ai quitté l’UMP en 2010, ce n’était pas pour faire une campagne électorale, loin de là. Pas même d’ailleurs lorsque je suis entré au Front National sous l’étiquette revendiquée de Mariniste. Ce sont les évènements, les circonstances qui ont décidé pour moi. Je n’imaginais même pas le début de l’ombre des difficultés auxquelles j’allais être confrontées. A cette époque, l’opposition socialiste et le Modem mettaient déjà les couverts en vue d’une élection pour eux gagnée d’avance.  Ils se pourléchaient les babines en vue de mars 2014. On sait ce que vit la France aujourd’hui avec ces gens-là.

L’UMP-UDI dépense sans compter. Quel est l’intérêt de ces dépenses disproportionnées ? 75 millions pour un conservatoire de musique lyrique et de danse classique par exemple. Beaucoup de Putéoliens,  souffrent (retraités, travailleurs pauvres, chômeurs). Ils regardent effarés ces dépenses. En parallèle, c’est les hausses de la taxe d’habitation et de la taxe foncière : 14,07% pour la première et 11,03% pour la seconde malgré le pactole de 50 millions d’euros venus des diverses taxes du quartier d’affaire de la Défense. La Maire sortante n’a pas besoin d’être une bonne gestionnaire, il lui suffit de dépenser. Mais comme la plupart des « pauvres petites filles riches », cette héritière gaspille l’héritage de papa accumulé pendant 35 ans de règne sans partage.

C’est dans cette marmite que je suis tombé avec l’innocence des naïfs en politique. Affectif comme la plupart des grande-gueules, je me suis retrouvé dans la peau du personnage dans « un diner de con ». Je ne m’attendais pas à la violence d’une campagne où le principal adversaire allait être la Maire de la ville qui n’a pas compté ni atténué ses coups. A tel point qu’elle réalisa l’union sacrée de tous ses adversaires politiques sur le terrain. Mais comme dans le film, la fin réserve des surprises.

Ce fût surtout la preuve irréfutable que la Maire de Puteaux était une enfant gâtée qui n’avait pas eu à se battre pour être au pouvoir. Son activité principale étant de casser ses jouets quand elle n’est pas contente et de jeter ceux qui lui déplaisent. Pour ma part, c’est le franchissement « de la ligne 1905″ sur le financement des religions qui m’a fait quitter un capitaine sans rigueur républicaine et patriotes qui n’avait toujours pas compris cette « certaine idée de la France » du général De Gaulle et qui, pour obtenir les « voix musulmanes », n’a eu aucune gêne pour financer une Mosquée « provisoire » de 1225m2 pour seulement 1000€ par mois, charges forfaitaires comprises.

Aujourd’hui, je peux lui affirmer qu’elle n’aura pas les voix musulmanes. La Mosquée « provisoire de Puteaux » étant la seule en France à avoir appelé à voter François Hollande en 2012.

Aujourd’hui, je peux lui dire que de nombreux musulmans de Puteaux sont sur des listes concurrentes à la sienne y compris dans celle du Front National que je mène.

Aujourd’hui, je peux lui dire que tous les musulmans ne sont pas desislamistes tarés ayant à la bouche la haine du koufar et du juif que l’on doit calmer par la construction d’une école coranique et d’une mosquée à Puteaux. Particulièrement ceux qui sont sur ma liste qui savent faire la distinction entre le religieux et la laïcité et ne comprennent pas cette soumission des politiques aux tenants de l’islam politique.

J’ai découvert dans cette ville la peur des « modestes » : Est-il normal que des citoyens aient peur à tort ou à raison d’être appelé par Madame le Maire ou ses services s’ils sont candidats colistiers au Front National ? Que cette peur fasse des Putéoliens des citoyens de seconde zone ? Des sujets de la Reine ? Que des citoyens expriment la crainte de perdre leur logement HLM, la place de crèche, une possibilité de relogement, des subventions associatives, l’emploi contractuel d’un enfant à la Mairie, des commerçants/artisans craignant pour leur avenir, une inscription aux activités dans les différents « Palais », une place dans des villages de vacances, d’être interdit de réceptions ou de petits cadeaux, etc. ?

Ce fut long, ce fut dur, ce fut un chemin pavé d’embûches, de chausse-trappes. Un chemin où l’UMP–UDI se tenait en embuscade, ou des fonctionnaires ont joué de leurs influences. Des colistiers furent contactés en toutes illégalités (article 116 du code électoral) et soumis à des pressions où des chantages à l’affectif. Certes, ils auraient pu déposer plainte. Ils le pouvaient, mais ils ont préféré céder et se soumettre. Nous savons désormais que le courage n’est pas une vertu donnée à tout le monde. Une colistière « retournée » se retrouve sur la liste du Maire sortant. Le prix de la trahison ?

Le « con » se montra persévérant et tenace et peut-être moins « con » que prévu. C’est la faiblesse de ces dirigeants qui sous estiment les gens du peuple. Il aura donc fallu redoubler d’efforts pour remplacer ces quelques défections. Rien n’aura été épargné à ma petite équipe ! Les responsables du service électoral nous auront fait le coup de la ″panne informatique″, des ″mises à jour″. Il nous a fallu manifester pacifiquement notre refus de ces méthodes si peu démocratiques pendant plusieurs heures, alerter la Préfecture, ameuter les journalistes pour obtenir nos attestations. Et c’est grâce à la Police Nationale qui, après négociations, a obtenu du service des élections de nous fournir immédiatement les attestations au lieu des 24 heures précédemment annoncés. Temps mis la semaine précédente, pour contacter les colistiers. De là à penser que le Maire jouait la montre à 3 jours de la clôture en Préfecture ?  Nous y avons bien pensé… Le Parisien en a fait ses choux gras. Triste réalité d’une démocratie en perdition. Affolement d’un pouvoir sûr de lui. La France est aux mains de politiciens plus passionnés par leur carrière que par la France.

Mais Puteaux ne fût pas la seule ville à faire des misères aux candidats du Front National. Je pense à celle d’Issy les Moulineaux en particuliers, celle du débonnaire Santini qui en fait est un redoutable politicien qui n’a pas peur de se salir les mains. Ils ont les mains blanches: ils n’ont pas de mains disait Charles Péguy à propos des Pacifistes.

Nous pouvons dire la même chose à propos des bien-pensants et autres politiciens de l’UMP et du PS qui en ont plein la bouche de la démocratie. Ils envahissent les médias de leurs belles paroles outrées et mielleuses. Ils déclament la main sur le cœur sur le fascisme, ils dénoncent, dépouillent tous les Facebook de tous les colistiers FN de France et de Navarre pour dénicher la paille et oublient les poutres immondes qu’ils ont  chez eux. Ils savent bien de quoi ils parlent ces « braves gens » puisqu’ils pratiquent le  fascisme de fait, par ces méthodes honteuses.

Dans cette campagne, bien des Putéoliens ont pu découvrir la face cachée de leur Maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud. De la gauche au Front National, en passant par les diverses droites, l’héritière aveuglée par son ego, aura réussi à faire l’unanimité contre elle et son clientélisme. Ses pairs de l’UMP devraient s’interroger. Elle prétend même devenir Sénatrice. Une ultime et belle planque n’est-ce pas ?

Une page se tourne et comme j’ai eu l’occasion de l’écrire, il y a comme un printemps qui s’annonce à Puteaux. Merci à Reconquête d’être venu nous voir un dimanche sur le marché et d’avoir tournée cette vidéo.

Gérard Brazon (Le Blog)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s